B.R.A Tendance Restauration - 378 - Décembre 2016

Le grand bar en zinc de style industriel, dans un univers de pierres apparentes. © C. Reynaud

Meltdown

Le concept gagnant du bar e-sport, dans un esprit communautaire


La franchise Meltdown, de bars dédiés aux jeux vidéo, se développe en France et à l’étranger. Sur les 30 unités actuelles, la 24e se situe à Lyon. Ouvert depuis avril, ce bar e-sport capte les 18-30 ans mordus de tournois sur des thématiques en vogue. Rencontre avec les protagonistes du lieu.

Par Christel Reynaud

Meltdown est né à Paris en 2012, à l’initiative de Sophia Metz, Yann-Cédric Mainguy et Manolack Sana Nikone, 3 passionnés de jeux vidéo. Leur petit bar du quartier République remporte vite le succès et l’équipe décide de déménager, 2 ans plus tard, dans plus de 200 m² vers Bastille.
C’est aussi en 2014 qu’ils lancent le concept en franchise. Le 1er Meltdown franchisé voit le jour à Montpellier, puis les ouvertures s’enchaînent en France et à l’étranger (Londres, Berlin, Cologne, Budapest, Montréal, Toronto…). Tant et si bien qu’aujourd’hui, il existe près de 30 bars e-sport, dont 17 en France.

Contrat de franchise
Lyon a accueilli Meltdown le 29 avril dernier, sous la houlette de 5 associés. Zaho Battistin et Nicolas Mougenot, ­issus de l’univers de la restauration et du bar, œuvrent en permanence sur le site. Le premier avait travaillé dans l’unité de Paris-Bastille. Les autres associés sont Benoît Levasseur (en charge des réseaux sociaux), Émeric Hemain et Frédéric France (investisseur).
« Nous avons découvert le concept lors d’un déplacement dans la capitale. Nous avons immédiatement été conquis par sa pertinence », soulignent Zaho Battistin et Nicolas Mougenot, qui sont partis en quête d’un local spacieux. « Nous avons eu la chance de dénicher un espace de plus de 150 m² dans la rue des Tables Claudiennes, sur les pentes de la Croix-Rousse. » Les associés reprennent l’emplacement du restaurant La Belle Équipe et signent un contrat de franchise de 5 ans avec Meltdown. Ils investissent plus de 200 000 € HT et contractent un prêt bancaire sur 5 ans.

Médiéval et futuriste
Dans son univers sombre et ­cyberpunk, le lieu s’articule autour d’une première salle médiévale, avec un grand bar en zinc de style industriel, et d’une deuxième salle futuriste. La spécificité du concept, ce sont les nombreux PC installés par le partenaire Alienware, dont la moitié gratuitement. À Lyon, il y en a 12. « Les joueurs disposent, en outre, de 5 consoles équipées du logiciel de communication Teamspeak, également partenaire de la franchise. Logitec nous a fourni gracieusement les claviers, souris et casques », précise Zaho Battistin.
Disposant de 70 places assises, l’établissement a accueilli 300 personnes à sa soirée d’inauguration. Ouvert tous les jours de 17h à 1h, cet endroit connaît ses plus grandes affluences du jeudi au samedi. La clientèle est avant tout composé des 18-30 ans et est à 3/4 masculine. 75 % des clients se rendent au Meltdown pour utiliser les jeux vidéo, « dans un esprit très communautaire ». Ces derniers sont disponibles en libre accès, à condition de consommer.

Cocktails spécifiques
Les boissons les plus vendues sont les bières pression et les cocktails. « Les clients peuvent retrouver, dans l’ensemble du réseau Meltdown, une base de 11 cocktails aux noms inspirés de jeux vidéo », indiquent les cogérants. Les plus souvent commandés sont le Garrosh (vodka, mangue, citron, cranberry), le First Blood (vodka, orgeat, citron vert, framboise, menthe fraîche) et le Dr Boom.
L’équipe de Lyon a aussi lancé, en octobre, des cocktails « personnalisés », à l’instar du Fus’Ro’Dah (tequila, maracuja, orange, grenadine, citron vert) et du Psycho Mantis (rhum épicé, citron vert, sucre de canne, ginger beer, black vodka).
Parmi la petite offre snacking, les hot dogs sont souvent commandés. Le ticket moyen s’élève à 15 €, les tarifs étant abordables, surtout pour les étudiants : bières dès 3 €, boisson énergique Munster Energy à 4 €, cocktails à 5 € sans alcool et 7 € avec alcool.

Tournois et soirées
Comme chaque Meltdown, celui de Lyon organise des tournois sur des thématiques récurrentes : Counter Strike le mardi, Hearthstone le mercredi, League of Legends le jeudi et Overwatch le vendredi. Il importe que les gamers puissent s’adonner à fond à ces tournois en vue des nombreuses compétitions inter-bars. Les Meltdown City Clash (MCC) permettent notamment aux joueurs de 16 bars de s’affronter simultanément.
Les fans de jeux vidéo sont, en outre, séduits par le fait qu’ils peuvent suivre en direct des jeux et des grandes compétitions sportives. « Comme d’autres chaînes de bars, nous organisons aussi des soirées sur des thèmes variés (Disney, Harry Potter, Star Wars…), pas forcément liés aux jeux vidéo. Nous proposons alors des cocktails spéciaux et organisons des activités annexes. Ces soirées permettent d’élargir notre clientèle aux quarantenaires. »
Depuis son ouverture, Meltdown Lyon fidélise de plus en plus ses clients car l’équipe reste à leur écoute, notamment en matière de nouveautés de jeux, comme Battle Field I. « Il faut un peu plus de temps pour se faire connaître, l’établissement n’étant pas situé en centre-ville. Nous communiquons beaucoup sur les réseaux sociaux », précisent les associés. Ils envisagent de réaliser 300 000 € de chiffre d’affaires cette année.

17 villes en France

En France, Meltdown est aujourd’hui installé à Aix, Bordeaux, Clermont, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, Reims, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Tours et Troyes.

Idée Cocktail : Dr Boom


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel