B.R.A Tendance Restauration - 378 - Décembre 2016

Une stratégie Web permet-elle (vraiment) de gagner des clients ? © apinan - fotolia

Point de vue

Une stratégie Web permet-elle (vraiment) de gagner des clients ?


Alors que les achats sur Internet augmentent considérablement depuis plusieurs années, une majorité de restaurateurs reste, paradoxalement peut-être, sans véritable stratégie digitale. On peut s’interroger sur le vide laissé par le secteur sur le sujet. Pour quelles raisons les restaurateurs peinent-ils à prendre à bras le corps leur commercialisation numérique ? Internet : miroir aux alouettes ou vraie opportunité ? Laurent Pailhès nous en parle et nous livre ses conseils.

Propos recueillis par Anthony Thiriet

Anthony Thiriet : Internet constitue-t-il une opportunité pour les restaurateurs ?
Laurent Pailhès :
Oui, incontestablement. Mais il ne saurait remplacer les basiques qui font qu’un restaurant a du succès, notamment un bel accueil et des bonnes choses à manger et à boire. J’insiste sur ce point car j’observe de nombreux contre-exemples. Certains lieux qui sont meilleurs sur la communication que sur le produit ont plus de succès que ceux qui privilégient la qualité. Je m’adresse à la 2e catégorie de restaurateurs, ceux qui se focalisent sur les produits et le goût : Qu’attendez-vous pour mieux communiquer ? Je déplore un vrai gâchis en la matière : de bons restaurants perdent clairement des parts de marché.

A.T. : Sous-entendez-vous que les clients ne savent pas faire la différence ?
L.P. :
Précisons, avant tout, que leur perception est tronquée : seul un seul de leurs sens est convoqué, la vue ! Exit le goût, le toucher, l’olfactif et l’ouïe (même si le son est de plus en plus présent via les vidéos). Comment voulez-vous qu’un plat soit pleinement apprécié quand la préoccupation principale est d’en poster une photo sur Facebook, Instagram ou Snapchat ? À ce type de clients, plutôt jeunes et urbains, il faut apporter plus de visuel, car c’est ce qu’ils attendent. Je veux dire ici qu’à qualité de communication équivalente, un restaurateur méritant reste compétitif.
Ensuite, de plus en plus de Français font des recherches sur la toile avant de sélectionner un restaurant. C’est une tendance avérée, qui s’explique notamment par deux raisons :
• Les clients veulent éviter les déconvenues courantes ; et ils ont bien raison, tant il y a à dire sur la qualité.
• Ils ont aussi envie de découvrir quelque chose de nouveau et de tendance, de suivre les recommandations de ces sites spécialisés pour « être dans le coup ».

A.T. : Comment expliquer le retard du secteur RHF sur le digital ?
L.P. :
Les restaurateurs indépendants, de la petite entreprise au petit groupe, courent après le temps. S’asseoir, réfléchir à une stratégie digitale, sans parler d’une stratégie tout court, relève pour eux d’un effort démesuré. Ceux qui ont conscience de l’importance de la démarche la délèguent rapidement. Et ils font là une erreur : en déléguant sans prendre le temps, le prestataire va faire comme il peut, avec son propre référentiel, sans comprendre l’essence du lieu. Il est primordial de prendre le temps de décrire le concept et de choisir des visuels clés. Il faut toujours rester maître de sa communication. C’est d’ailleurs le tort que l’on peut attribuer à un partenariat avec des sites de réservation comme La Fourchette ou Allo Resto : le professionnel perd le contrôle de sa relation client.
Si les restaurateurs n’ont pas de site Internet, c’est peut-être aussi parce qu’ils sentent qu’il faut avoir une démarche de fond. Le choix du texte ne se fait pas par erreur : il faut trouver les bons mots et savoir en jouer. C’est pareil pour les photos et les vidéos : l’impact est multiplié par 10 si elles sont prises par un professionnel. Il ne faut pas se contenter de « faire » un site Internet, il faut « concevoir » et « diriger » un projet de site Web. Il s’agit de trouver un bon équilibre entre son implication personnelle et la délégation de compétences.
Rester maître de son texte, de ses images et de ses vidéos, c’est aussi éviter que des photos de clients ou de concurrents soient mises en avant. Comme dirait n’importe quel stratège averti : mieux vaut écrire soi-même son profil sur Wikipédia plutôt que de laisser à d’autres le soin de le faire !

A.T. : Quel conseil principal souhaitez-vous donner à un restaurateur souhaitant se lancer sur Internet ?
L.P. :
D’abord, la communication virtuelle doit être définie en complément d’une stratégie de communication globale. Ensuite, il faut faire attention à l’adéquation entre la promesse numérique et la réalité : les photos doivent être élogieuses, mais pas trop non plus. Enfin, il faut veiller à ne pas être englouti dans la toile, en particulier sur les réseaux sociaux. ­J’ajouterais, en guise de conclusion, qu’« une belle image ne remplace pas un bon ­mijoté » !

♦ Pour augmenter la qualité de votre
stratégie sur Internet, contacter
Laurent Pailhès :
laurent@neoeng.com
Tél. : 04 91 71 35 82

16 étapes-clés pour se lancer sur Internet

Voici, un exemple de déroulement à suivre pour se lancer sur Internet, selon Laurent Pailhès :

1. Élaborer une stratégie de communication détaillée sur 12 mois consécutifs.
2. Rédiger ce que constitue le concept de l’établissement : la vision, la mission, les valeurs.
3. Faire appel à un professionnel pour prendre des photos du lieu et de l’offre.
4. Faire éventuellement concevoir des vidéos esthétiques et dynamiques par un professionnel.
5. Trouver un développeur de site Web qui saura intégrer la notion de référencement naturel.
6. Concevoir et diriger le projet de site Internet.
7. Concevoir et diriger un projet de page Facebook et de comptes Twitter, Instagram, Snapchat, etc.
8. Prévoir la ressource qui va s’employer à faire des posts (au moins hebdomadaires) sur le site Internet et les différentes pages et comptes de l’enseigne.
9. S’interroger sur l’opportunité d’un référencement payant (Adwords), tout au moins au début.
10. S’interroger sur l’opportunité de la mise en place d’un système de réservation numérique.
11. Demander à TripAdvisor d’insérer les photos que l’on a choisies.
12. Demander à TripAdvisor de changer toute formulation ou titre qui ne serait pas représentatif du concept.
13. Mettre en place un système de demande de satisfaction du client, idéalement à la fin du repas, de façon à pouvoir anticiper sur l’avis qui pourrait être laissé sur TripAdvisor.
14. Recueillir systématiquement (en même temps que le point précédent) les e-mails des clients.
15. Mettre en place un e-mailing régulier (au moins une fois par mois) pour informer ses clients de ses actualités, nouveautés et offres spéciales.
16. Mettre en place un système de veille des commentaires laissés sur Internet à propos de sa marque.

avec

Coach en restauration, Laurent Pailhès livre des enseignements issus de l’observation des pratiques et des problématiques de nombreux restaurants en France et à l’étranger. Il est le gérant fondateur du cabinet NEO Engineering (www.neoeng.com) qui a pour vocati on d’aider les restaurants à se créer, à se développer et à faire de meilleures marges. Laurent Pailhès présente dans chaque numéro de B.R.A. Tendances Restauration, une réflexion sur les moyens à privilégier pour créer des climats favorables au développement de restaurants. L’objectif est de tenter de montrer que le dénominateur commun au succès est la recherche de simplicité chez les dirigeants, chez les collaborateurs, chez les fournisseurs et chez les clients.


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel