B.R.A Tendance Restauration - 378 - Décembre 2016

Claire Sollier, responsable, Joss Letezia, patron, et Salvatore Fiore, chef, sont aux manettes du restaurant St Jo situé près de Grenoble. © C. Reynaud

Le St Jo à Bernin (38)

De la terrasse-piscine à la piste de danse, pour passer du bon temps


À la fois brasserie et restaurant, le St Jo offre un cadre enchanteur proche des montagnes, près de Grenoble. Il fait profiter à ses clients d’une belle terrasse-piscine avec un bar lounge. Aussi doté d’une piste de danse, il organise des soirées à thème et pour les groupes. Un concept complet qui correspond aux attentes actuelles.

Par Christel Reynaud

Le patron du St Jo, Joss Letezia, est dans la restauration depuis 1988 : il a tenu le Galaxy à Meylan, puis la Brasserie du Marché et le restaurant-cabaret Le Rizzoli Plaza à Grenoble.
Aussi propriétaire du Central Parc Tabac Bar & Sandwicherie à Grenoble, il gère donc aujourd’hui le St Jo qui a pris la place de l’Espace Tendance, un bar lounge du soir qui drainait une clientèle très jeune. « Le nouveau nom est un clin d’œil au vin, à l’entreprise voisine ST et à Jo, diminutif de Joss ! » explique-t-il.
 
Poulpe à l’honneur
Côté assiette, Joss Letezia se dit ravi d’avoir trouvé un chef de cuisine compétent, Salvatore Fiore, originaire des Pouilles en Italie et depuis 35 ans dans le métier. Les plats franco-italiens sont réalisés à base de produits frais, exceptés les gambas et Saint-Jacques. « Proposer une restauration qualitative est primordial pour fidéliser les clients. Aujourd’hui, pour réussir un concept, il faut être aussi performant dans le domaine de la restauration que dans l’organisation des soirées, tout en s’adaptant aux attentes : formule apéros-dînatoires, repas à table, etc. » lance le patron.
À midi, le St Jo draine la clientèle des entreprises environnantes. Le plat du jour attra­ctif (ex. Aïoli, tartare de saumon et Saint- Jacques) se vend bien, comme ces plats de la carte : Salade de poulpes marinée, Poulpe entier grillé et Thon rouge à la plancha.
Le soir, le St Jo propose une autre carte et un menu à 33 €. Les clients optent plutôt pour la carte et commandent, en général, un plat et un dessert. « Les poissons, les pâtes et les risottos sont très appréciés », annonce Claire Sollier, responsable du restaurant. Elle cite comme exemples les Linguine de fruits de mer en papillote, le Risotto aux légumes, le Grand ravioli à la truffe et le Pavé de saumon sauvage.
Parmi les desserts, le Café gourmand avec 4 à 5 mini desserts maison remporte un vif succès, ainsi que la Tarte au citron meringuée.

Activités diversifiées
Mais ce qui fait le succès du St Jo, c’est aussi tous les « à-côtés » de l’assiette. Depuis son ouverture en juin 2013, l’éta­blissement développe plusieurs activités correspondant aux attentes des 30-55 ans. La clientèle peut notamment profiter d’un jeu de boules, souvent ­prisé avant ou après le repas.
Une grande terrasse de 300 m², avec sol en gazon synthétique et piscine à cascades, est utilisable pendant les repas. Y ont été aménagés des coins canapés lounge et une cuisine d’été pour des barbecues, méchouis et autres paellas. « Les clients viennent aussi bien pour des “before” autour d’une carte de tapas et de vins, que pour y passer toute leur soirée. Le St Jo fermant à 1h, certains poursuivent leur nuit dans les clubs comme Le Phénix à Meylan, le Number One à St Egrève ou Le Cube à Chambéry », commente Joss Letezia.
Eté comme hiver, le St Jo propose, en fin de semaine, des soirées avec notamment des DJs et des musicos. Le St Jo organise aussi des soirées spéciales pour les groupes, par exemple, pour des anniversaires, départs en retraite, enterrements de vie de jeunes filles.

Un lieu de détente
Ce concept connaît une plus forte activité d’avril à octobre, d’où une ouverture tous les jours pour le déjeuner, et du mercredi au samedi en soirée. En revanche, lors de la période hivernale, beaucoup plus calme, Joss Letezia ouvre du lundi au vendredi à midi, et seulement les vendredis et samedis soir.
Pour développer sa notoriété, le St Jo est présent sur les réseaux sociaux, avec une page Facebook où sont annoncées les soirées publiques. « Mais le St Jo ne se positionne pas comme un lieu à la mode ; il se veut un endroit convivial, propice à la détente et à l’évasion, qui doit perdurer », conclut le patron.

En chiffres

300 000 € d’investissement, achat du fonds compris • 100 places à l’intérieur, 120 places en terrasse • 2 mezzanines de 20 places • 5 employés • Quelques 40 couverts à midi et 20 à 200 le soir • Ticket moyen à 15 € le midi, 40 € le soir • 400 000 € d’objectif de CA 2016, dont 40 % avec les groupes.


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel